Cours de Yoga avec Yvette Clouet

214 Bd Chave 13005 Marseille

Tel : 04 91 92 36 92


DETENDRE LE PLEXUS SOLAIRE, 

RESPIRATION ET DIGESTION HEUREUSES

Cette rubrique existe dans une nouvelle version.


Je vous invite à la découvrir dans le nouveau site :
www.yvetteclouet.com

 
 
Connaitre le diaphragme, savoir le détendre pendant ou après les moments de stress pour supprimer la tension du plexus solaire, l’aérophagie, diminuer ou supprimer les remontées acides, retrouver une respiration et une sensation de bien être très profondes et une aisance pour placer son souffle, sa colonne d’air, sa voix.
 
 
Ce thème est proposé
- en cours à Marseille
- en stages de 6 jours, avec randonnées
-----
 
Le nœud du plexus solaire est en fait celui du diaphragme, muscle principal de la respiration, prompt à se contracturer sous l’effet du stress et obstiné à le rester.
Nous verrons par quels mécanismes cette contracture rend l’estomac douloureux, crée l’aérophagie, oppresse le cœur et la respiration, favorise les remontées acides, la hernie hiatale, dérègle les intestins et le système neuro-végétatif, freine le retour veineux des membres inférieurs, nous angoisse.
Nous allons découvrir et assouplir le diaphragme et toutes les chaînes de tensions qui le tiraillent et sont responsables de sa crispation, ce qui nous amènera à exercer l’ensemble du corps.
Nous apprendrons à défaire la hernie hiatale.
Savoir relaxer le diaphragme est un outil essentiel dans la maîtrise du stress pour vivre avec un ventre joyeux, lieu de bien-être et de confiance.
 
 
Ce cours est la mise en pratique du livre "Détendre le plexus solaire", en 3 volumes
-
Vol 1 : "Détendre le Diaphragme"
-
Vol 2 : "Respiration et Digestion Heureuses"
-
Vol 3 : "Libérer le coeur"
Voir livres écrits par Yvette CLOUET
 
 
 
 
Le diaphragme______________________________________

Quand on dit « J’ai le plexus solaire tendu, noué », qu’est-ce qui fait mal en réalité ?

Ce qui fait mal est un muscle, le diaphragme, prompt à se contracturer et capable de faire durer des émotions désagréables en demeurant crispé. Puisque c’est un muscle, il doit être possible de le détendre, par des exercices. Pour y parvenir, il faut le connaître.

Diaphragme vu de face

 

Cliquer sur l’image pour agrandir

 

Diaphragme vu de profil

 

Cliquer sur l’image pour agrandir

La forme du diaphragme______________________________

Il est composé : • au milieu, d’un grand tendon plat, un peu creusé comme une assiette (en blanc rosé pointillé sur le dessin),
d’où partent tout autour des fibres contractiles (c’est-à-dire musculaires, en foncé sur le dessin) qui descendent presque verticalement s’attacher au bord inférieur du thorax, et sur le devant des vertèbres lombaires.
L’ensemble forme un dôme dont le sommet est aplati et même un peu creusé.

Pourquoi le diaphragme a-t-il cette forme ?

Le diaphragme est un muscle plutôt fin. Sa forme lui est donné par les organes qui sont pressés contre lui : • au-dessus, le cœur, qui est posé sur le centre du diaphragme. C’est lui qui creuse un peu ce centre par son poids, c’est son nid.
• au-dessous, le foie et l’estomac et tous les organes de l’abdomen appuient sur le diaphragme et le poussent vers le haut. Ils sont contenus par un grand muscle, le transverse. Le transverse fait le tour de l’abdomen, enveloppe les organes abdominaux, les serre, les maintient sous pression. Il assure la pression abdominale. 

 

Le mouvement de la respiration

Selon vous, est-ce que le centre du diaphragme monte ou descend à l’inspiration ?

A l’inspiration, prenant comme point fixe le bord inférieur du thorax, les fibres contractiles se raccourcissent pour tirer le centre du diaphragme vers le bas. Pour y parvenir, elles doivent abaisser le foie, l’estomac et tous les organes abdominaux en luttant contre la pression abdominale.
A l’expiration, ces fibres se détendent et laissent la pression abdominale les allonger et remonter le centre du diaphragme.

Commentaire :
Vous venez de lire la partie la plus compliquée de ce site. Il faut souvent du temps pour que ce mouvement de respiration devienne intuitif, d’autant qu’en général on a spontanément envie de le penser à l’envers.

 

Le cœur bercé par la respiration

Fixé au centre du diaphragme, avec lui le cœur monte à l’expiration puis redescend à l’inspiration.

Le cœur posé sur le diaphragme, vue de face

Cliquer sur l’image pour agrandir

Le cœur posé sur le diaphragme, vue de profil

Cliquer sur l’image pour agrandir

La Digestion

Estomac et diaphragme

Cliquer sur l’image pour agrandir

A chaque inspiration, par l’abaissement de son centre, le diaphragme exerce une pression sur l’estomac, le foie et tout le système digestif jusqu’aux organes du petit bassin et les pousse vers le bas.
A l’expiration, il se détend et laisse ces organes remonter. L’exercice régulier de cette pression effectue un massage continu de nos organes, indispensable à une bonne digestion.

Le diaphragme crispé, conséquences

Quand le diaphragme est tendu, ses fibres contractiles demeurent raccourcies et maintiennent en permanence son centre en position basse, ce qui peut provoquer : 1 – la sensation désagréable ou la douleur de la contracture de ses fibres musculaires. Souvent, seules les fibres proches de la colonne vertébrale sont crispées, ce qui donne la sensation d’un nœud profond (d’où l’expression nœud du plexus solaire).

 

2 – un ventre en avant, car le diaphragme demeure en sa position d’inspiration.

 
Le centre du diaphragme demeure en position basse, cela maintien le ventre gonflé et fait ployer le dos, la crispation du diaphragme "gonfle" le ventre
 

Cliquer sur l’image pour agrandir

 

3 – une respiration réduite, comme le mouvement du diaphragme.

4 – une digestion laborieuse, car le centre du diaphragme abaissé en permanence exerce une pression fixe sur le foie, l’estomac et tous les organes jusqu’au périnée. Il peut en résulter : • la contracture de l’estomac,
• l’insuffisance du pancréas,
• des problèmes intestinaux,
• de l’aérophagie qui peut bloquer la respiration et oppresser le cœur, le perturber (pseudo urgence cardiaque de stress).


5 – une insuffisance veineuse. En effet, quand le diaphragme n’est pas crispé, la pression rythmée qu’il exerce sur l’abdomen active le retour veineux .

A l’inspiration, cette pression augmentée dans l’abdomen, il expulse le sang qui, par une grosse veine, est expulsé vers le cœur, puis à chaque expiration, la pression dans l’abdomen diminue, et le foie, décomprimé, aspire un sang neuf.

Si ce mouvement est réduit (quand on vit avec une toute petite respiration), ce torrent frais se transforme en marécage et stagnations : foie et petit bassin congestionnés, jambes lourdes, fatigabilité. Nos cellules sont asphyxiées et douloureuses.

A la longue, peuvent apparaître :

6 – une hernie hiatale qui se signale par des remontées acides dans l’œsophage, due à la pression permanente du diaphragme sur l’estomac (ce n’est pas l’estomac qui est trop haut, c’est le centre du diaphragme qui est trop bas).

7 – un problème de périnée, qui reçoit une pression permanente vers le bas. Pour le périnée faible, la moitié de la solution, c’est la détente du diaphragme, c’est-à-dire sa remontée à chaque expiration.

Pression du diaphragme, sur le périné

Cliquer sur l’image pour agrandir

Retrouver le mouvement ample du diaphragme

Respirer avec le ventre, c’est-à-dire creuser le ventre à l’expiration, le laisser se détendre à l’inspiration, à l’exemple des bébés et des animaux.
Certaines personnes activent leur diaphragme à l’envers. Quand on l’a perdue, retrouver la respiration du ventre change la vie.

 

Apprendre à respirer avec le ventre

Cliquer sur l’image pour agrandir

Masser le diaphragme : en glissant les doigts sous les côtes, on peut le palper, constater quel est son mouvement, découvrir ses zones tendues ou détendues, le masser.

 

Situer au bord des côtés les attaches du diaphragme pour le tester, le masser, l’étirer

Cliquer sur l’image pour agrandir

Etirer le diaphragme
Il y a quelques milliers d’années, dans la vallée de l’Hindus, des hommes ont inventé un moyen d’étirer le diaphragme : une façon ingénieuse de le « ventouser », qui l’assouplit et l’apaise.
Très utilisé par les apnéistes, l’étirement du diaphragme est précieux pour tous les athlètes de la respiration : joueurs d’instruments à vent, chanteurs, coureurs de fond, cyclistes … ainsi que nous.

 

Etirement du diaphragme, debout

Cliquer sur l’image pour agrandir

 

Etirement du diaphragme, aidé par la pesanteur

Cliquer sur l’image pour agrandir

 

Etirement du diaphragme, en mouvement associé à la table des 4 pieds

Cliquer sur l’image pour agrandir

Peu à peu, on devient familier de son diaphragme, capable de le calmer puis de défaire une éventuelle hernie hiatale (en remontant le diaphragme par le ventousage tandis qu’on retient l’estomac avec les doigts).

Savoir relaxer le diaphragme est un outil essentiel dans la maîtrise du stress.

Page suivante dans le nouveau site